Voyage sur les pas d’Edith Stein co-patronne de l’Europe

Voyage sur les pas d’Edith Stein co-patronne de l’Europe : 14-19.2.2011, en collaboration avec l’École Cathédrale et ICTUS

Suite à un 1er voyage en Pologne (Cracovie, Wroclaw, Auschwitz) et en Allemagne du Sud (Beuron, Freiburg, Spire, Bad Bergzabern), l’an dernier, nous avons voulu poursuivre l’expérience. Le but principal était : recueillir l’héritage de la proclamation par Jean-Paul II d’Edith Stein co-patronne de l’Europe et donner le goût de lire Edith Stein…
Un important livret de textes accompagnait les différentes étapes. Visites sur les lieux, rencontres, topos, lectures personnelles et travaux de groupe ont permis une appropriation personnelle, appelée à se poursuivre.

Voyage sur les pas d’Edith Stein co-patronne de l’Europe


Plusieurs entrées étaient possibles :

1. Le pont qu’Edith jette entre les racines juives et l’adhésion au Christ

Nous avons pu faire mémoire du témoignage bouleversant d’Edith, de Rosa et des chrétiens d’origine juive, ainsi que de celui d’Etty Hillesum, qui passèrent par le camp de concentration de Westerbork en Hollande.
À Cologne se trouve une sculpture sur Edith Stein et la shoah, vrai mémorial qui, pour reprendre les mots de Jean-Paul II dans la Lettre des co-patronnes de l’Europe, fait « résonner les raisons de Dieu et de l’homme face à la honte épouvantable de la ‘shoah’ ».
[nggallery id=1]

2. L’expérience de la recherche de la vérité

Chemin sinueux que parcourut Edith depuis Göttingen, avec Husserl et la jeune école phénoménologique, jusqu’à sa découverte du Christ et la réalisation de sa vocation au Carmel, à Cologne puis à Echt.

3. Sa pensée large sur la personne humaine tout entière, sur la femme, qui se trouve au cœur des enseignements qu’elle donna à Münster.

4. La recherche du sens de son histoire et de l’histoire du monde…

…face à une idéologie destructrice de l’homme et négatrice de Dieu, le nazisme, et la réponse admirable donnée par le réseau des saints : Clemens August von Galen, le « lion de Münster », Pie XI, Titus Brandsma, Etty Hillesum, les Églises de Hollande, Edith, Rosa et compagnons.

Des rencontres marquantes ont jalonné notre périple : le témoignage simple et vrai , au carmel de Cologne, de Mère Ancilla et la visite des Archives Edith Stein avec Sr Antonia. Des représentants des « Sociétés Edith Stein » locales nous ont guidés avec grande compétence et amitié à travers Göttingen, Münster et Echt ; n’étions-nous pas à Göttingen et à Münster « le » pèlerinage de l’année ?
Sans oublier l’accueil chaleureux de la fondation Konrad Adenauer – le passage de notre groupe de pèlerins était une première pour eux ! – et l’exposé captivant du Professeur Rudolf Uertz sur la conception de l’État selon Edith Stein sur l’arrière-plan de la Constitution allemande de 1933 et 1949.

Comment ne pas mentionner pour finir tous ces moments spirituels intenses durant lesquels nous avons expérimenté notre unité dans le Christ : 26 pèlerins venus des horizons les plus divers – deux profs d’anglais, une prof de physique, une prof de philo, un assistant social, une professionnelle des assurances, un ingénieur, une jeune professionnelle actuellement en Allemagne, plusieurs retraités, 3 prêtres et un évêque, Mgr Renauld de Dinechin.

En bref, quel est l’intérêt de tels voyages ?
Créer un réseau d’« Amis d’Edith Stein » qui désirent poursuivre en sa compagnie leur vie de chrétiens engagés dans le monde, approfondissant son message, contribuant ainsi à la faire connaître, afin qu’elle devienne un jour Docteur de l’Église !

Visiter le site de l’Institut Edith Stein.

Colloque : Edith STEIN : un chemin vers la joie

Voir le colloque sur Edith Stein au Collège des Bernardins ainsi que toutes les publications