Les conditions anthropologiques et théologiques du dialogue. (1ère partie)

 « Qu’est-ce que l’homme
pour que tu penses à lui ? » ( Psaume 8 )

En réfléchissant à l’expérience du Collège des Bernardins, en la quatrième année de sa renaissance, je découvre que ce projet correspond à un enseignement à la fois ancien et nouveau de la foi et de la raison. L’homme est créé à l’image de Dieu, il est une personne, un sujet singulier. Le dialogue est dès lors un chemin naturel pour chercher la vérité, pour chercher Dieu. C’est ce que ce texte voudrait montrer.

La foi révèle que chaque homme est une personne

L’expérience dans laquelle l’Evangile invite tout homme, c’est que nous sommes des personnes. L’Evangile invite à la foi religieuse et à la confiance humaine. Pourquoi n’avons-nous pas peur les uns des autres ? Pourquoi espérons-nous que chacun peut donner le meilleur de lui-même, dire le vrai et faire le bien, se convertir ? Pourquoi cherchons-nous à pratiquer cette folie de l’Evangile que Jésus recommande par ses paroles et ses actes ? Pourquoi croyons-nous que la charité est le chemin le plus rationnel pour organiser la vie sociale et le plus court pour chercher le bien commun ? Parce que nous sommes des personnes.
Des personnes, c’est-à-dire des êtres humains créées à l’image et à la ressemblance de Dieu, méritent et attendent la confiance, l’espérance et l’amour. Ce qui est blessé, perdu et blessant en l’homme ne détruit pas ce qui est saint, lumineux, transcendant. Dans le plus difficile des enfants, demeure la bonté du Créateur sur laquelle on peut fonder une démarche éducative ; dans le cœur le plus criminel, demeure l’œuvre du Rédempteur et la gratuité du pardon qui, seul, purifie sans blesser.
L’Evangile montre que chaque homme est un trésor unique et inépuisable, quand le Christ révèle l’intime de chacun et que son amour le libère de ce qui l’entrave.
L’Evangile devient notre sagesse et notre intelligence, le feu de notre cœur, quand nous croyons qu’il est l’accomplissement de l’œuvre du Créateur. Nous sommes des personnes et nous le devenons dans le Christ.
Être personne est une expérience vécue offerte à tous, une vérité qui fonde la dignité humaine de manière inamissible, en toutes les nos cultures, malgré leurs conditionnements. Nous croyons que Dieu crée tous les humains dans le Christ pour qu’ils deviennent ses enfants, chacun par le chemin de son histoire unique, singulière. La foi n’implique pas que tout homme devrait être ou sera catholique, mais que Dieu a un dessein sur tout chacun.