Bioéthique et Église

L’actualité autour de la révision de la loi relative à la bioéthique ne cesse pas, c’est le moins que l’on puisse dire.
Actuellement discuté au Sénat, le sujet fait débat ; comme cela avait été le cas lors de la première lecture à l’Assemblée Nationale.

Ces derniers jours la présence médiatique s’est faite plus insistante, notamment par le fait d’une chronique de Marc Peschanski, directeur de l’Institut des cellules souches et de Cécile Martinat, responsable de l’équipe « maladies motoneuronales » (I-STEM, Evry) dans les colonnes du Monde, le 5 avril dernier, intitulé Ne pas interdire les cellules souches.
Un texte qui a marqué par sa virulence envers les différents acteurs du débat, à tel point que Mgr Bernard Podvin s’insurge « Débattre oui, dénigrer non !!! »

Finalement ce sera à Mgr Jérôme Beau, évêque auxiliaire de Paris, directeur du Collège des Bernardins, et Brice de Malherbe, co-directeur du département d’éthique biomédicale de répondre en rappelant très simplement mais avec force que, oui, l’Église a sa place dans les débats sur l’éthique médicale.

Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, chargé de la bioéthique au sein de la Conférence des évêques de France, lui aussi régit en publiant une chronique dans Le Monde – Bioéthique : élaborons une écologie humaine le 6 avril.
Il continue d’ailleurs dans les colonnes du Figaro avec « Pardon, je suis une personne » en parlant de l’embryon à la première personne.

Vous pouvez lire et relire ces interventions et bien d’autres en parcourant ce pearltree :
Bioéthique – Position de l’Église

Pour comprendre les enjeux de cette loi complexe aussi bien sur le plan scientifique, éthique que politique, je ne vous conseillerai que 4 ressources :