Benoît XVI dans son discours au Bundestag, à Berlin, met à l’honneur la généalogie de l’humanisme européen

Qui a remarqué l’important discours de Benoît XVI au Bundestag le mois dernier ? Invité par les députés, en présence des plus hautes autorités de la République Fédérale d’Allemagne, le premier partenaire politique et financier de la France dans le monde, le Pape a réfléchi à la responsabilité des hommes et des femmes politiques en ces temps difficiles. http://www.democratie-spiritualite.org
Il a souligné l’importance du lien du Droit et de la raison naturelle pour que la démocratie soit un régime juste et ait une valeur spirituelle. Il a décrit comment le christianisme s’est associé à la généalogie de l’humanisme européen et quelle contribution le dialogue de l’humanisme et du christianisme peut apporter au plan politique.
http://www.collegedesbernardins.fr/index.php/rencontres-a-debats/conferences/la-nouvelle-question-humaniste.html

« Avec cela les théologiens chrétiens se sont associés à un mouvement philosophique et juridique qui s’était formé depuis le IIe siècle av. JC. Dans la première moitié du IIe siècle préchrétien, il y eut une rencontre entre le droit naturel social développé par les philosophes stoïciens et des maîtres influents du droit romain. Dans ce contact est née la culture juridique occidentale, qui a été et est encore d’une importance déterminante pour la culture juridique de l’humanité. De ce lien préchrétien entre droit et philosophie part le chemin qui conduit, à travers le Moyen Âge chrétien, au développement juridique des Lumières jusqu’à la Déclaration des droits de l’homme et jusqu’à notre Loi fondamentale allemande, par laquelle notre peuple, en 1949, a reconnu « les droits inviolables et inaliénables de l’homme comme fondement de toute communauté humaine, de la paix et de la justice dans le monde ». »
Texte intégral…

ne pense pas que le Pape se soit encore exprimé dans ces termes importants pour le dialogue de la philosophie et de la théologie politiques, comme pour l’action politique elle-même. Ces paroles sont une indication précieuse au moment où le Collège des Bernardins ouvre une nouvelle recherche en ce domaine au sein de son département « Société, Liberté, Paix ».